rang

Afrique du Sud : la chute de Zuma, propulse le rand

La perte d’influence du président Jacob Zuma semble réjouir les marchés. En effet, depuis l’arrivée de Cyril Ramaphosa à la tête de l’ANC, le rand se rapproche de son meilleur niveau face au dollar, qu’il n’avait plus atteint depuis la mi-2015.
Le rand sud-africain semble enregistrer un bon début d’année, la monnaie s’est raffermie le premier jour de bourse de 2018, soutenu par une amélioration de la confiance des marchés dans les devises émergentes et la stagnation du dollar. Le rand a en effet repris des couleurs lors du dernier mois de 2017.
Meilleur niveau depuis 2015
En tout, la devise a progressé de 13% en 2017, dont la majeure partie a été réalisée après l’élection de Cyril Ramaphosa comme successeur de Jacob Zuma à la tête de l’African National Congress (ANC), le 17 décembre dernier. Lors de l’ouverture de la place de Johannesburg, le rand s’état raffermi de quelques 0,24% s’établissant à 12,3 rands pour un dollar, légèrement en deçà de 12,2 rands pour un dollars, son meilleur niveau en deux ans et demi.
En plus du changement de leadership à la tête du parti au pouvoir, ce raffermissement du rand s’explique également par le creux que traverse le dollar depuis trois mois. La journée du 3 janvier devrait également démarrer sur une note positive, en témoigne l’indice des contrats à terme TOP-40 de la Bourse de Johannesburg qui est en hausse de 0,47%.
Le prix à la pompe également impacté
Ce renforcement du rand devrait impacter positivement sur le prix au détail de l’essence et les tarifs de gros du diesel. Le ministère de l’Energie sud-africain vient d’annoncer une chute des prix de carburant dès le mercredi 3 janvier, des baisses estimées à 34 cent par litre pour l’essence et de 22 cents pour le diesel.
Pour l’heure, la pression exercée sur Jacob Zuma par l’opposition, la justice et une partie de son propre parti ne semble pas altérer outre mesure, la situation de la devise sud-africaine. Même la récente décision de la Cour constitutionnelle critiquant le rôle du parlement dans l’échec de la motion de censure portant sur l’utilisation de fonds publics par le président pour la rénovation de son logement, n’a pas ralenti la hausse du rand.
Source :La Tribune Afrique

Comments are closed.
Matière News