gecamines1

Gécamines publie un rapport circonstancié en réponse aux allégations outrancières et systématiques de certaines ONG

La Gécamines entend, une fois pour toutes, répondre de manière précise et documentée aux différentes publications de plusieurs ONG, dont Global Witness, Carter Center et plus récemment Enough Project, et plus particulièrement aux allégations outrancières et systématiquement à charge à l’endroit de Gécamines et de la RDC.

Par la publication de ce rapport et sa mise à disposition en ligne, Gécamines informe l’opinion publique nationale et internationale sur la réalité des faits.

Le document se décompose en trois parties :

  1. Une réponse – preuves à l’appui – aux accusations les plus graves portées à l’endroit de Gécamines, parmi lesquelles :
  • Le caractère prétendument non-transparent de ses finances
  • Les centaines de millions USD qui auraient prétendument disparu de ses comptes durant les exercices 2011-2014
  • Les revenus soi-disant non-déclarés issus d’accords récents avec des partenaires nouveaux ou existants
  • Les ventes d’actifs prétendument sous-évaluées
  • Sa contribution effective au budget de l’Etat
  • Sa contribution effective au désendettement, aux salaires et aux investissements.

Il ressort des éléments de réponse fournis que :

  • Les états financiers de Gécamines sont non seulement contrôlés sur une base annuelle par des auditeurs externes internationaux, mais également communiqués à l’ITIE, tel qu’en atteste la copie des échanges produits, dont les rapports sont publiquement consultables.
  • L’intégralité des sommes prétendument absentes des comptes de Gécamines pour les exercices 2011-2014 y figure bien, au dollar près. Gécamines produit, dans le rapport, les éléments et explications permettant de retracer les sommes en question.
  • S’agissant des opérations ERG, CNMC et TFM, les montants perçus par Gécamines au cours de l’exercice 2016 figurent bien dans le rapport ITIE 2016 et les montants perçus au cours de l’exercice 2017 seront certainement publiés par l’ITIE dans son prochain rapport.
  • Les actifs ont été cédés à leur valeur de marché, telle qu’évaluée par des banques affaires internationalement reconnues. Gécamines produit les chiffres et méthodes employés, bien loin des chiffres fantaisistes (et surtout non documentés) avancés dans la presse.
  • Sur la période 2009-2014, Gécamines a versé 372 millions USD à l’Etat, bien loin des 75 millions USD avancés. Ces montants sont comptabilisés dans les états financiers de Gécamines et repris en détail dans le rapport.
  • Gécamines contribue effectivement au désendettement de la société, au paiement des salaires et aux investissements. Le rapport produit des chiffres précis sur le sujet, loin des rumeurs et fantasmes véhiculés. Sur la question des salaires, Gécamines tient une nouvelle fois à rappeler qu’elle est, à ce jour, la seule entreprise du portefeuille de l’État à avoir mis en place un plan social de départ à la retraite (2015-2017), qui a permis à date à 2 294 agents de quitter définitivement l’entreprise en leur payant leur décompte final.
  1. Une explication – illustrée par des chiffres et graphiques – des raisons pour lesquelles l’argent des mines ne profite pas plus largement à Gécamines et à la RDC.

Au demeurant, Gécamines explique comment, sur les bons conseils des « partenaires au développement », l’entreprise qui était un fleuron de l’industrie minière africaine a été dépecée, ses principaux actifs et gisements ayant été transférés au profit de groupes miniers étrangers. C’est ainsi que plus 33 millions de tonnes de cuivre ont été transférés aux partenaires étrangers, en ne laissant que 400 000 tonnes à Gécamines.

Le rapport explique abondamment comment le système mis en place par les sociétés multinationales du secteur vise à priver Gécamines et la RDC des bénéfices des projets, en minorant les résultats des sociétés de projet en RDC, lorsque ces multinationales annoncent au même moment des profits records sur les marchés financiers. Au total, le manque à gagner pour Gécamines et la RDC est à ce jour estimé, sur la base des projections fournies à l’époque par ces mêmes partenaires internationaux, à 4,9 milliards USD entre 2005 et 2016. Compte tenu des enjeux, le travail d’audit entrepris par Gécamines doit se poursuivre.

  1. Une démonstration – sur la base d’exemples concrets – des méthodes utilisées par ces mêmes institutions pour manipuler les opinions publiques, sans reculer devant quelques arrangements avec la réalité.

C’est ainsi que les ONG en question s’offusquent de l’exercice par Gécamines de ses droits contractuels à l’occasion de grosses opérations lucratives de changement de contrôle entre groupes miniers étrangers, sans prise en compte des intérêts nationaux, alors même que ces bras de fer ont systématiquement permis de faire valoir les droits de la RDC et de Gécamines, avec finalement de très bons résultats comme les dossiers TFM ou Glencore, unanimement salués.

Gécamines n’entend pas rester silencieuse face à des allégations manifestement destinées à servir les mêmes intérêts qui, partout dans le monde, voient d’un mauvais œil les pays en développement qui ont fait le choix légitime de se réapproprier leurs ressources naturelles et d’imposer un meilleur partage des revenus entre les investisseurs et les pays hôtes, qui ne demandent qu’à augmenter leurs ressources propres pour conduire leur politique de développement et réduire leur dépendance à l’aide étrangère conditionnelle.

Ce débat dépasse, à l’évidence, la situation particulière de Gécamines et de la RDC. C’est le défi posé à tous les pays miniers de continent africain qui ne peuvent se glorifier de continuer de quémander l’assistance internationale alors que la récupération et le bon usage d’une partie seulement de la richesse tirée de leur sous-sol changeraient radicalement la donne.

Source :Gecamines

Comments are closed.
Matière News