onu

Le Conseil de sécurité en visite à Kinshasa en amont du scrutin présidentiel de décembre

Une délégation composée de 15 membres du Conseil de sécurité a entamé vendredi dernier une visite de 5 jours en République Démocratique du Congo. Un déplacement sur fond de tensions entre les autorités congolaises et les Nations unies.

Au centre de cette visite, des pourparlers autour du processus électoral. L’ONU souhaite s’assurer d‘élections présidentielle et parlementaires “libres” le 23 décembre dans le pays.

“Ce qui est noté, c’est que le processus avance bien et que le 23 se tiendront les élections” a déclaré Corneille Nangaa, président de la commission électorale.

Pour sa part l’ambassadeur de France aux Nations unies, François Delattre a réiteré le souhait de la mission des Nations unies.
“Notre objectif prioritaire aujourd’hui, c’est bien qu’il y ait des élections le 23 décembre, que ces élections soient crédibles, qu’elles soient transparentes, qu’elles se tiennent dans un climat apaisé”.

Si l’intention se fait de plus en plus, manifeste de la part de l’ONU quant à renouveler son offre de coopération, Kinshasa reste “tatillon”.

“Le timing, évidemment, n’est pas dû au hasard. On souhaite encore une fois, nous souhaitons, nous les membres du Conseil de sécurité, mettre tout notre poids dans la balance, pour que la RDC trouve le chemin d’un processus électoral crédible et transparent “ a ajouté François Delattre, ambassadeur de France aux Nations unies.

De son côté, Kinshasa a indiqué “se passer du soutien de la MONUSCO” pour les élections qui selon elle est une violation de la résolution adoptée en mars dernier et qui prévoyait que la mission de l’ONU dans le pays appuie le processus électoral.

Une décision qui pourra fortement impacter ce processus électoral et ruiner la crédibilité des élections, estime les Nations unies.

Comments are closed.
Matière News