ESKOM-pylons_2

Africa Oil & Power 2019, ou comment créer des emplois et favoriser la croissance économique en Afrique

la conférence officielle du ministère sud-africain de l’énergie, accueillera une vingtaine de ministres africains du pétrole et de l’énergie.L’AOP annonce le thème de son édition 2019 : #MakeEnergyWork. Il s’agira de présenter le secteur de l’énergie comme un moteur essentiel de la croissance économique, de la création d’emplois et d’opportunités pour les populations et le secteur privé africains.La « Conférence africaine de l’énergie » veut jeter un pont entre énergie traditionnelle et alternative, entre combustibles fossiles et énergies renouvelables, et entre pétrole et énergie, afin de favoriser les investissements intra-africains.
Devenue la conférence officielle du ministère sud-africain de l’énergie, la nouvelle édition de la prestigieuse conférence Africa Oil & Power (AOP), aura lieu au Cap les 9 et 11 octobre ; plus de 20 ministres du pétrole et de l’énergie s’y s’exprimeront sur le thème #MakeEnergyWork.
Seule plateforme à adopter une approche intégrée du pétrole, du gaz et de l’électricité et de la croissance économique, l’AOP est au cœur d’intenses débats à un moment où le secteur africain de l’électricité enregistre des avancées considérables et où le continent se prépare à exploiter des découvertes historiques de pétrole et de gaz. Sous le thème #MakeEnergyWork, l’AOP 2019 montrera comment le pétrole, le gaz et l’électricité peuvent générer de magnifiques opportunités pour les populations des pays africains et stimuler une croissance économique durable.
En 2018, la production du secteur pétrolier et gazier africain s’est élevée à 8,1 millions de bpj pour le pétrole et 234 milliards de m3 pour le gaz, les exportations de GNL s’élevant à 41 millions de tonnes (une hausse de 10 % par rapport à 2017), ces volumes provenant principalement du Nigeria, d’Algérie, d’Égypte et de Guinée équatoriale. Des cycles d’octroi de licences pour le pétrole et le gaz ont été lancés dans 16 pays.
Le taux d’électrification en Afrique atteint 43 %. Malgré les progrès importants réalisés dans les zones rurales, ce chiffre montre clairement qu’il reste encore des opportunités en termes de construction et de financement d’infrastructures énergétiques qui permettraient de fournir de l’électricité à 600 millions de personnes. Les énergies renouvelables sont très prometteuses, en particulier en Afrique du Sud. À ce jour, le programme REIPPPP (Renewable Energy Independent Power Producer Procurement) a permis le développement de plus d’une centaine de projets de producteurs indépendants d’énergie. En 8 ans, le programme a créé 38.701 emplois à temps plein et généré plus de 14 milliards de dollars d’investissements dans le secteur privé en Afrique du Sud, selon le ministre de l’énergie, Jeff Radebe.
« Depuis sa création, Africa Oil & Power est une plateforme qui favorise la formation d’alliances et facilite les accords qui font progresser les secteurs et les économies d’énergie en Afrique, a déclaré Guillaume Doane, PDG d’Africa Oil & Power. Les opportunités offertes par le pétrole, le gaz et l’électricité sous toutes leurs formes jouent un rôle essentiel dans les discussions sur les possibilités de développer les économies africaines, de maximiser les atouts locaux et de préparer les populations à l’évolution des marchés du travail. L’énergie est au centre de toutes les discussions sur la croissance et la transformation économiques en Afrique ; c’est pourquoi le thème #MakeEnergyWork est si passionnant ».
L’édition 2019 de l’Africa Oil & Power accueillera 1.200 délégués sur 3 jours, et une vingtaine de ministres et hauts responsables s’exprimeront sur la scène principale. Un hall d’exposition agrandi accueillera des pavillons dédiés, entre autres,  au secteur de l’énergie, à la technologie et à la numérisation, aux énergies renouvelables, au pétrole et au gaz.

En 2018, la conférence Africa Oil & Power avait accueilli au Cap des ministres et des délégations ministérielles d’Afrique du Sud, du Sud-Soudan, du Congo-Brazzaville, de Somalie, de Guinée équatoriale, de Gambie, de Côte d’Ivoire, du Sénégal et de Zambie, ainsi que les secrétaires généraux de l’OPEP, de l’Organisation africaine des producteurs de pétrole, du Forum international de l’énergie et du Forum des pays exportateurs de gaz. Au cours des trois journées de l’événement, près d’une centaine d’orateurs et intervenants avaient abordé le thème des « coalitions énergétiques » devant des délégués de tout le continent.

Source :APO

Comments are closed.
Matière News