fbpx
zuma03_CLOSERGrahamstownJuly132011

Afrique du Sud: une richissime famille accusée de proposer des postes clés du gouvernement

Un membre du gouvernement sud-africain a affirmé mercredi qu’une richissime famille d’origine indienne soupçonnée d’exercer une forte influence sur le président Jacob Zuma lui avait proposé le poste clé de ministre des Finances, un nouveau scandale qui ébranle le chef de l’Etat.

“Des membres de la famille Gupta m’ont proposé le poste de ministre des Finances pour remplacer le ministre d’alors (Nhlanhla) Nene”, a déclaré Mcebisi Jonas, actuel vice-ministre des Finances, dans un communiqué au ton inhabituel.

En décembre, à la surprise générale, le président Jacob Zuma avait démis de ses fonctions Nhlanhla Nene, ministre des Finances respecté des marchés. Il l’avait remplacé par un député inexpérimenté, David van Rooyen.

Cette nomination avait provoqué la panique des marchés et contraint le président à nommer dans l’urgence un nouveau ministre des Finances, Pravin Gordhan, qui avait déjà occupé ce poste de 2009 à 2014. En l’espace de quatre jours, l’Afrique du Sud avait eu trois ministres des Finances.

“J’ai rejeté” la proposition de la famille Gupta, a poursuivi Mcebisi Jonas dans son communiqué. Elle représentait “une moquerie de notre démocratie durement acquise et de la confiance que le peuple nous accorde. Personne d’autre que le président de la République ne peut nommer des ministres”, a-t-il estimé.

“Je suis résolu, en tant que vice-ministre des Finances, à jouer mon rôle pour préserver l’intégrité du Trésor”, a-t-il encore assuré.

L’empire Gupta, présent dans les mines, les médias, l’ingénierie ou encore l’informatique, a réagi mercredi en affirmant que les accusations du vice-ministre étaient “totalement fausses”.

“Nous mettons au défi M. Jonas de présenter, sous serment devant un tribunal, un récit complet de la supposée réunion”, a ajouté la famille Gupta dans un communiqué.

Depuis plusieurs semaines, l’empire Gupta est au coeur d’une vaste polémique en Afrique du Sud, l’opposition l’accusant d’exercer une influence directe sur le pouvoir.

Le président Jacob Zuma, au pouvoir depuis 2009 mais fortement ébranlé par plusieurs scandales, défend ouvertement son amitié avec cette grande famille d’immigrés indiens, arrivés en Afrique du Sud dans les années 90. Plusieurs membres de son clan travaillent pour les Gupta

 

Comments are closed.
Matière News
RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter