fbpx
BMW 3 Series production China 2-thumb-610x335-75535

Automobile: L’Afrique du Sud premier producteur de véhicules en Afrique

Avec 76% de la production totale de véhicules en Afrique, l’Afrique du Sud est le premier producteur de véhicules du continent, selon le rapport économique 2014 sur l’Afrique publié ce dimanche soir à Abuja.

Selon ce rapport édité annuellement par la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique et la Commission de l’Union africaine, ‘l’Afrique du Sud est le premier producteur de véhicules d’Afrique, avec 76% de la production totale de véhicules du continent. La crème des acteurs de la filière automobile mondiale, y compris Toyota, Renault, BMW, Ford, Volkswagen, General Motors, Nissan, Mercedes Benz, MAN, DAF Trucks, Isuzu et Tata opère avec succès dans le pays’.
Le secteur de la construction automobile et pièces de voitures représente 30%  de la production manufacturière d’Afrique du Sud, indique le rapport dont le thème porte sur  ‘Politique industrielle dynamique en Afrique: institutions novatrices, processus efficaces et mécanismes flexibles’.
Le rapport souligne que l’industrie de  l’automobile est l’une des plus importantes d’Afrique du Sud et contribue à hauteur d’au moins 6% du Produit national brut (PNB) du pays et représente près de 12% des exportations des produits manufacturés.
Dans ce pays, souligne le document, les fabricants de voitures et les importateurs  employaient à eux seuls 31.000 travailleurs en 2012 et le secteur des pièces employait près de 60.000 travailleurs, tandis que 6.000 individus étaient employés dans le secteur de la fabrication des pneus.
D’après les projections, le secteur de l’automobile devait produire en 2013,  610.000 voitures individuelles dont 336.000 allaient être exportées vers l’Europe, l’Asie, l’Amérique du Nord et le reste de l’Afrique.
Les plus gros importateurs de véhicules montés en Afrique du Sud sont l’Algérie, le Nigeria, la Zambie, le Zimbabwe, le Mozambique et l’Angola.
Malgré ces chiffres impressionnants, certains observent que le volume  sans cesse croissant de véhicules importés principalement d’Asie et d’Europe soulève la question de savoir si la politique de produire en Afrique du Sud offre un quelconque avantage aux producteurs sud-africains.
D’après le ministre du Commerce et de l’Industrie du pays cité par le rapport, ‘les exportations de véhicules ont rapporté au pays près de 38,8 milliards de rand (354,6 millions de dollars américains) en 2011. Ce n’est pas pour rien donc que ce secteur est considéré comme le secteur névralgique de l’économie sud-africaine’.
Cette révolution automobile a été rendue possible par l’application du Plan de développement de l’industrie automobile (MIDP), une politique introduite en 1995 par le gouvernement pour accroître la production automobile et les opportunités d’emploi en augmentant la compétitivité et en renforçant l’intégration dans la chaîne d’approvisionnement mondiale grâce à l’accroissement des exportations des véhicules montés et des pièces fabriquées localement.
Ce plan a été mis en oeuvre avec un système d’incitation appelé Certificat de baisse du crédit à l’importation, offrant une réduction des droits aux exportateurs et importateurs de véhicules et pièces et composants.
Grâce à ce plan, la production annuelle totale est passée de 388.442 véhicules en 1995, date d’introduction du système, à 532.545 véhicules en 2011. Le nombre de voitures exportés est passé quant à lui de 15.764 à 272.457 sur la même période.
Quand le MIDP avait été introduit en 1995, seulement 25.339 véhicules étaient importés dans le pays. Ces importations avaient, en 2011, atteint le chiffre de 362.390, ce qui représente approximativement 66% du total des voitures vendues localement, souligne le rapport.

L’Afrique du Sud assure 76% de la production totale de véhicules en Afrique – Avec 76% de la production totale de véhicules en Afrique, l’Afrique du Sud est le premier producteur de véhicules du continent, selon le rapport économique 2014 sur l’Afrique publié ce dimanche soir à Abuja.

Selon ce rapport édité annuellement par la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique et la Commission de l’Union africaine, ‘l’Afrique du Sud est le premier producteur de véhicules d’Afrique, avec 76% de la production totale de véhicules du continent. La crème des acteurs de la filière automobile mondiale, y compris Toyota, Renault, BMW, Ford, Volkswagen, General Motors, Nissan, Mercedes Benz, MAN, DAF Trucks, Isuzu et Tata opère avec succès dans le pays’.

Le secteur de la construction automobile et pièces de voitures représente 30%  de la production manufacturière d’Afrique du Sud, indique le rapport dont le thème porte sur  ‘Politique industrielle dynamique en Afrique: institutions novatrices, processus efficaces et mécanismes flexibles’.
Le rapport souligne que l’industrie de  l’automobile est l’une des plus importantes d’Afrique du Sud et contribue à hauteur d’au moins 6% du Produit national brut (PNB) du pays et représente près de 12% des exportations des produits manufacturés.
Dans ce pays, souligne le document, les fabricants de voitures et les importateurs  employaient à eux seuls 31.000 travailleurs en 2012 et le secteur des pièces employait près de 60.000 travailleurs, tandis que 6.000 individus étaient employés dans le secteur de la fabrication des pneus.
D’après les projections, le secteur de l’automobile devait produire en 2013,  610.000 voitures individuelles dont 336.000 allaient être exportées vers l’Europe, l’Asie, l’Amérique du Nord et le reste de l’Afrique.
Les plus gros importateurs de véhicules montés en Afrique du Sud sont l’Algérie, le Nigeria, la Zambie, le Zimbabwe, le Mozambique et l’Angola.
Malgré ces chiffres impressionnants, certains observent que le volume  sans cesse croissant de véhicules importés principalement d’Asie et d’Europe soulève la question de savoir si la politique de produire en Afrique du Sud offre un quelconque avantage aux producteurs sud-africains.
D’après le ministre du Commerce et de l’Industrie du pays cité par le rapport, ‘les exportations de véhicules ont rapporté au pays près de 38,8 milliards de rand (354,6 millions de dollars américains) en 2011. Ce n’est pas pour rien donc que ce secteur est considéré comme le secteur névralgique de l’économie sud-africaine’.
Cette révolution automobile a été rendue possible par l’application du Plan de développement de l’industrie automobile (MIDP), une politique introduite en 1995 par le gouvernement pour accroître la production automobile et les opportunités d’emploi en augmentant la compétitivité et en renforçant l’intégration dans la chaîne d’approvisionnement mondiale grâce à l’accroissement des exportations des véhicules montés et des pièces fabriquées localement.
Ce plan a été mis en oeuvre avec un système d’incitation appelé Certificat de baisse du crédit à l’importation, offrant une réduction des droits aux exportateurs et importateurs de véhicules et pièces et composants.
Grâce à ce plan, la production annuelle totale est passée de 388.442 véhicules en 1995, date d’introduction du système, à 532.545 véhicules en 2011. Le nombre de voitures exportés est passé quant à lui de 15.764 à 272.457 sur la même période.
Quand le MIDP avait été introduit en 1995, seulement 25.339 véhicules étaient importés dans le pays. Ces importations avaient, en 2011, atteint le chiffre de 362.390, ce qui représente approximativement 66% du total des voitures vendues localement, souligne le rapport.

 

Comments are closed.
Matière News
RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter