fbpx
pravingordhan1

Budget d’Afrique du Sud: plus d’impôts et moins d’inégalités

Le ministre sud-africain des Finances Pravin Gordhan a annoncé mercredi des hausses d’impôts et prôné une accélération de la transformation de l’économie du pays pour réduire les inégalités raciales, en présentant son budget pour l’année 2017.

“Les hausses d’impôts permettront de générer 28 milliards de rands (2 milliards d’euros) supplémentaires de recettes”, a déclaré M. Gordhan devant le Parlement.

Un nouvel impôt de 45% sera notamment prélevé sur les plus hauts revenus et les taxes sur le tabac, l’alcool et l’essence seront également augmentées.

Respecté des marchés pour son contrôle pointilleux de deniers publics, Pravin Gordhan a insisté sur la nécessité pour l’Afrique du Sud de réduire les dépenses publiques de “26 milliards de rands (1,88 milliard d’euros) sur les deux prochaines années”.

“Agir trop rapidement pour réduire les déficits pénaliserait les services publics et retarderait la reprise économique”, a-t-il toutefois nuancé.

La présentation du budget était très attendue, dans un contexte de vives tensions politiques entre le ministre et le président Jacob Zuma, dont les partisans lui reprochent sa trop grande rigueur.

Dans son discours, M. Gordhan a fait un pas en direction de ses critiques en défendant la nécessaire réduction des inégalités économiques, un thème cher au chef de l’Etat.

“Les relations entre les travailleurs et les patrons, entre les riches et les pauvres, les noirs et les blancs (…) reflètent toujours l’héritage du colonialisme et de l’apartheid”, a-t-il souligné en rappelant que 95% des richesses sud-africaines étaient détenues par 10% à peine de la population.

“Nous devons mobiliser l’investissement privé et public pour de nouvelles infrastructures, de nouvelles technologies et de nouvelles activités afin de construire une économie moderne et diversifiée”, a-t-il ajouté.

Selon ses prévisions, la croissance de l’Afrique du Sud ne devrait pas dépasser 1% du Produit intérieur brut (PIB) en 2017, pour un déficit public de 3,1% et une dette à 50,7% du PIB.

Décrivant une économie sud-africaine “à la croisée des chemins”, M. Gordhan a demandé des “actions urgentes pour construire la confiance et soutenir l’investissement”.

Gordhan a enfin annoncé une augmentation de 5 milliards de rands (360 millions d’euros) du budget des universités, un secteur secoué l’an dernier par des manifestations violentes d’étudiants exigeant la gratuité de la scolarité.

 

 

Comments are closed.
Matière News
RSS
Follow by Email