RDC : La Présence persistante des enfants dans les mines est les conséquences du manque de développement ‘’ estime Emmanuel Umpula’’

La problématique sur l’exploitation des enfants dans les mines demeure une conséquence du manque de développement local selon Emmanuel Umpula directeur de l’ONG Afrewatch en république démocratique du congo.

Dans une interview exclusive accordé à notre rédaction, Mr Umpula estime que la pauvreté est la cause majeure de la présence persistante des enfants dans les mines des cobalts en république démocratique du Congo en dépit des efforts fournies par des parties prenantes de lutte contre ce fléau.

Certes, il y a des avancées très significatives dans cette lutte, car les acteurs ont pris considérablement consciences de cette situation qui préoccupe au plus haut point l’opinion nationale et internationale. Présentement le constat de cette exploitation des mineurs dans les mines et carrières devient de plus en plus sporadique et visible que dans quelques mines privées artisanales a-t-il souligné.

Pour ce défenseur des droits de l’homme et de la protection de l’environnement ; il est pratiquement difficile d’avoir comme résultat zéro enfant dans les mines au regard de la situation socio-économique que vit la population au niveau de la communauté de base.

La pauvreté n’est plus à démontrer, il y a absence du développement dans la communauté et même les entreprises industrielles qui exploitent les minerais localement, leur chiffre d’affaires en majorité se trouve à l’extérieur du pays, et ceci constitue parmi les éléments qui font à ce que ce phénomène persiste.

Toutefois, Le travail des enfants dans les mines est nocif pour l’enfant et constitue indubitablement l’une des pires formes de travail infantile. Les conventions sur les droits de l’enfant et celle de l’organisation internationale du travail OIT en sigle relative sur le travail des enfants sont claires à ce sujet : « l’enfant doit être protégé contre l’exploitation économique et n’être astreint à aucun travail comportant des risques ou étant susceptible de compromettre son éducation ou de nuire à son développement physique, mental, moral, ou social.

Lire : https://www.ilo.org/ipec/facts/ILOconventionsonchildlabour/lang–fr/index.htm

Le directeur de l’ONG  internationale Afrewatch n’a pas hésité d’invite d’avantage l’état congolais à renforcer la capacité d’organiser le marché de l’exploitation artisanale qui est encore très désorganisé et en même temps est  la source de ce fléau du travail des enfants dans les mines ;et à la mise en application pratique de la législation en la matière  .

Malgré les différentes réglementations concernant l’exploitation minière édictées par le gouvernement congolais et la loi de 2009 portant protection de l’enfant qui interdisent l’exploitation économique de l’enfant, des mesures et politiques concrètes et efficaces ne sont pas prises par l’État pour éradiquer le problème d’une manière vivace.

Bien que l’état congolais et d’autres partenaires ont initié plusieurs programmes, les difficultés économiques et la pauvreté constituent encore un frein pour mettre fin ce phénomène.

Dans le cadre d’accompagnement des actions du gouvernement congolais pour mettre fin ce phénomène, l’organisation internationale du travail par le biais de son secrétariat technique (BIT) a initié plusieurs campagnes de sensibilisation contre le travail des enfants dans les mines avec son Projet de COTECCO financé par le département américain du travail.

Lire:https://matierenews.com/lutte-contre-le-phenomene-enfant-dans-les-mines/

Par conséquent, il est temps pour l’État congolais et tous les acteurs de se saisir véritablement de la question des enfants travaillant dans les mines et d’instaurer des mécanismes de surveillance et de contrôle à travers des inspecteurs sur les sites miniers en république démocratique du congo.

Partager

Leave a Reply

Your email address will not be published.

English English French French Swahili Swahili