L’Afrique du Sud reste marqué par 2 ans de pandémie de Covid-19

Deux ans après l’apparition de la pandemie du coronavirus en Afrique du Sud, le pays reste marqué par ce virus Le 5 mars 2020, le président Cyril Ramaphosa prenait la parole pour annoncer la détection d’un premier cas positif sur le territoire. Un homme de 38 ans, qui revenait d’un séjour en Italie avec sa famille.

“Il est donc maintenant confirmé que nous avons une personne dans notre pays, qui a été testée positive au coronavirus”, a déclaré Cyril Ramaphosa à Pretoria.

Le 23 Mars 2020 , le gouvernement a annoncé un confinement imminent, afin de limiter la flambée des cas. Les supermarchés ont alors été pris d’assaut, les habitants ne sachant pas combien de temps cette situation allait durer.

À l’extérieur des villes, les routes ont été bloquées par des kilomètres d’embouteillage, les conducteurs étant contraints de s’arrêter pour effectuer des tests de dépistage. Au mois d’avril, le pays a mis en place des tentes de dépistage mobiles à Johannesburg, en plus d’une campagne de sensibilisation.

“Je pense qu’au début, l’Afrique du Sud a très bien fait de nombreuses choses”, explique le Dr Jeremy Nel, spécialiste des maladies infectieuses à l’Université de Witwatersrand. “Mais ensuite, comme cela s’est avéré malheureusement, les mesures qui avaient bien fonctionné jusque-là n’ont pas réellement servi”.

Mais le confinement a entraîné une hausse du chômage et des demandes d’aides alimentaires, alors que des millions de personnes vivaient déjà sous le seuil de la pauvreté. À cette période, personne ne savait vraiment comment se protéger du virus.

“Au début, le personnel médical était très anxieux, car il craignait d’attraper le Covid-19”, se rappelle le Dr Jeremy Nel. “C’était la peur de tomber malade dans l’exercice de ses fonctions, et encore une fois, la crainte de l’inconnu n’arrangeait rien. Et beaucoup de gens se demandaient comment se protéger et qui serait la prochaine personne malade, etc.”

Le port du masque commence à prouver son efficacité pour limiter la propagation, mais tous les pays n’arrivent pas à en obtenir.

“La plupart de nos équipements de protection viennent d’Europe, et l’Europe avait été touchée par le Covid-19 juste avant nous”, continue le spécialiste.

“Tout le matériel se trouvait donc là-bas et ils s’en servaient. Nous avons eu du mal à l’obtenir, et nous redoutions qu’il n’y ait pas assez de masques pour les professionnels de santé. C’était difficile, car on s’attend à ce que les soignants protégés fassent leur travail, c’est pourquoi nous avons tous signé. Mais la situation était différente, si vous n’avez pas de protection, cela revient à demander à beaucoup de gens d’entrer dans une pièce où ils peuvent très facilement être infectés”.

Peu avant la période de Noël, le gouvernement a mis en place un nouveau confinement et le retour des interdictions. L’accès aux vaccins contre le virus était alors au cœur des débats. Le 24 juin 2020, l’Afrique du Sud lance un essai de vaccin, le premier sur le continent africain. Mais l’apparition soudaine du variant Delta a suscité beaucoup d’inquiétude, entraînant des symptômes plus graves.

Partager

Leave a Reply

Your email address will not be published.

English English French French Swahili Swahili