fbpx
zimbabwe-5

Le Zimbabwe déterminé à interdire l’exportation de platine brut

Troisième producteur mondial de platine, le Zimbabwe est déterminé à interdire toute exportation de platine brut et à contraindre les compagnies minières à le raffiner localement.

Le Zimbabwe, troisième producteur mondial de platine, compte poursuivre sa logique d’interdire toute exportation de platine brut et à contraindre les compagnies minières à le raffiner localement. C’est du moins ce qu’a indiqué jeudi le nouveau ministre des Mines, Walter Chidakwa.

« Nous sommes déterminés à garantir que le raffinage est fait au Zimbabwe », a indiqué a indiqué jeudi, le nouveau ministre des Mines, Walter Chidakwa, dans un entretien à l’AFP, en marge de la réunion annuelle du Processus de Kimberley sur le diamant. « Une fois qu’on aura une fonderie, nous devrons certainement avoir une loi disant que nous ne voulons pas que notre platine soit exporté sous une forme brute. Nous voulons assurer nous-mêmes la valeur ajoutée de nos minerais ». Selon Walter Chidakwa, les producteurs Anglo-American Platinum (Amplats), Impala Platinum (Implats) et Aquarius Platinum affirment qu’il leur faut d’abord atteindre le seuil de 500 000 onces de production annuelle pour justifier la construction d’une fonderie.

A noter que le Zimbabwe produit 6% de la production mondiale de platine, derrière l’Afrique du Sud et la Russie et le pays abrite les deuxièmes plus importantes réserves identifiées après l’Afrique du Sud, selon la chambre des mines zimbabwéenne.

Eric Kasongo

Comments are closed.
Matière News
RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter