Barrage-inga-2

L’électricité : une ressource à la base du développement de tous les autres secteurs

La République Démocratique du Congo regorge d’importantes potentialités dans différents domaines tel l’eau, l’agriculture, l’industrie, le tourisme, la télécommunication et le secteur minier qui, pour le moment, constitue le poumon de l’économie nationale en RDC. Mais le développement de tous ces secteurs est lié  à l’énergie électrique qui, dans le contexte actuel doit faire face à de nombreux défis. La question de cette fourniture est donc incontournable vu que la demande devient de plus en plus croissante en particulier pour l’exploitation minière, et afin de booster les autres secteurs alternatifs au secteur minier.   Voilà le contexte qui a justifié la  4 IVème conférence sur l’énergie tenue dans la ville de Kolwezi au Lualaba, à Katebi Bitch, du 11 au 13 avril derniers.

Au total, 300 délégués ont pris part à ce forum. Ils sont  venus du secteur public et privé, des coopérations et représentations diplomatiques, de la société civile nationale et internationale ainsi que du gouvernement. Les échanges forts enrichissants ont porté sur le thème : « Le développement énergétique face à la demande minière ».

En effet, le faible taux d’accès à l’électricité dans la sous-région soit 10% de la population, et la demande sans cesse croissante de l’énergie électrique dans le secteur minier font parties des défis à relever en vue d’impulser le développement durable.  Pour cette fin, la RDC a consenti d’énormes efforts dans ce domaine pour accroître l’offre. C’est ainsi que le secteur de la production et de la fourniture de l’énergie électrique a été libéralisé  par la Loi  sur le partenariat public-privé  intervenu en 2014 complété par  l’Arrêté du 09 juillet 2018. Cependant,  de l’avis de différents  intervenants à cette conférence, il y a encore des contraintes non levées  quant à l’application de  cette loi.

Pendant cette conférence, quelques entreprises ont fait le point des travaux en cours de réalisation ou en perspective pour répondre au thème de cette 4èmeédition consacrée  à la recherche des solutions à la question de desserte de l’énergie aux miniers.  C’est notamment le cas de Ivanhoé Mines qui a signé un contrat avec la SNEL pour réhabiliter les centrales de MWADIGUSHA et  de KONI ; SICOMINE pour réhabilitation de la centrale de BUSANGA pour  240 MW qui seront disponibles d’ici 2021 et la Centrale Thermique de LUENA, en sigle CTL, qui est une nouvelle production à partir des gisements  de charbon de LUENA pour 540MW. Toutes les prévisions étant respectées, cette  dernière centrale fournira son premier courant en 2022.

Erick Monga, le président de la FEC/Haut-Katanga,  a quant à lui fait l’évaluation du manque à gagner de près de  19 Millions de dollars d’ici 2025 si rien n’est  fait dès maintenant pour augmenter l’offre dans ce secteur.

Concernant le cadre légal dans le secteur de l’énergie, retenons que la Loi de 2014 sur l’électricité présente 4 propositions ou régimes à savoir :

  1. Le régime de la concession qui s’applique à toute activité de production, de transport et de distribution d’énergie électrique établi sur le domaine public. Notons qu’au jour d’aujourd’hui, le cadre légal de la loi de 2014 a évolué après l’arrêté de juillet 2018, et enfin celle du 13 Décembre 2018 à son article 52  qui ramène la durée maximal  du contrat à 30 ans ;
  2. Le régime de la licence quant à lui s’applique pour la production indépendante de l’énergie électrique de puissance égale ou inférieure à 1000KW réalisé en dehors du domaine public. Ce régime s’applique également t obligatoirement pour l’importation, l’exportation et la commercialisation de l’énergie électrique. Sa durée est fixée à 10 ans renouvelables.
  3. Le régime de l’autorisation pour les installations d’auto production en dehors du domaine public et d’une puissance installée comprise entre 100 et 999, 99 KW pour les établissements des lignes électrique privées ;
  4. Le régime de déclaration qui est une simple déclaration fait auprès de l’administration lorsque la puissance installée varie entre 50 et 99 KW et là c’est la liberté qui s’applique.

L’électricité faisant l’une des priorités du Chef de l’Etat, Felix-Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, les participants à la conférence sur l’énergie en RDC  ont formulé six grandes recommandations qui ont été lues lors de la clôture en présence du conseiller du chef de l’Etat en matière d’énergie, monsieur Eboma Abulavi Michel: ce sont les suivantes :

  1. Que le Gouvernement appuis les promoteurs des projets de production nouvel de l’énergie qui sont en court ;
  2. Que le gouvernement accélère la mise en place et l’opérationnalise l’autorité de régulation de l’électricité qui existe il ya 5ans ;
  3. Que les sociétés minières apportent leur soutien à la mobilisation des financements pour des nouveaux partenariats publics – privés avec la SNEL ou en producteur indépendant ;
  4. Que le Gouvernement et ses partenaires réfléchissent sur un tarif à cout réel pour permettre un développement durable du secteur afin de s’attirer des financements privés ;
  5. Que le Gouvernement établisse urgemment un plan directeur de développement  des nouvelles  centrales électroniques qui fera des priorisations en fonction des besoins  des sociétés minières à long terme ;
  6. L’annonce de l’organisation prochaine d’une conférence spéciale sur l’énergie sous le haut patronage du Président de la République, annonce faite par le conseiller du chef l’Etat en matière d’énergie et mines, monsieur Eboma Abulavi Michel.

Par Manda Sylvie

 

 

Comments are closed.
Matière News