fbpx
mining indba photo

Mining Indaba 2020 : Clôture à cap de la 26ieme edition du colloque sur l’investissement minier en afrique

Les lampions se sont éteints  de  la conference internationale sur l’investissement minier dénommé Mining Indaba 2020.

Quatre jours ont suffis aux délégués présents à ce grand rendez-vous annuel  en afrique du sud pour discuter et échanger des contacts pour le l’investissement et le développement du  secteur minier en afrique   .

Plus de 6000 délégués étaient présents dont ; 40 pays africains étaient représentés à cette edition pour promouvoir leurs secteurs miniers auprès des investisseurs, et autres operateurs clés du secteur.

Au fil des années, Investing in Africa Mining Indaba est devenue la plate-forme de choix à partir de laquelle les dirigeants des pays et des ministères des mines mettent en évidence les aspects de la réforme, de la politique, des opportunités et de l’innovation qui parlent d’atténuation des risques pour attirer l’intérêt des investisseurs et positionner favorablement leur pays sur le carte minière continentale.

Mining Indaba 2020 a été rehaussé cette année par un président, un Premier ministre, deux gouverneurs de provinces, trois secrétaires d’État, dix ambassadeurs et 38 ministres.

Lors de la cérémonie inaugurale, le Président de la Sierra Leone, Son Excellence Julius Maada Bio avait prononcé un discours clair mettant en évidence les réformes fiscales du pays, les questions juridiques et réglementaires, les infrastructures et la technologie ainsi que la future main-d’œuvre minière. Il a expliqué comment la Sierra Leone prévoit de renforcer les systèmes de gestion des finances publiques et les institutions multilatérales pour rendre l’économie plus résiliente grâce à la diversification.

Le ministre sud-africain des ressources minérales et de l’énergie, Gwede Mantashe a également profité de l’occasion pour aborder un problème d’actualité en afrique du sud dans le secteur minier, à savoir l’autoproduction d’électricité par les sociétés minières. . Il a déclaré que le gouvernement reconnaît que l’énergie privée, en particulier pour l’autoproduction, est essentielle pour combler le déficit énergétique et permettra désormais aux sociétés minières de mettre en place leurs propres projets. Il a également évoqué une décision potentielle du gouvernement de créer un nouveau service public d’énergie pour «sauvegarder» Eskom.

Mantashe a ajouté que le gouvernement est déterminé à travailler avec les investisseurs pour améliorer la sécurité politique et réglementaire.

La prochaine edition de ce grand rendez-vous annuel est prévu pour fevrier 2021.

Par Eric Kasongo

 

 

,

No comments yet.

Leave a Reply

Matière News
RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter