fbpx
Kabila-Museveni-Kagame

Plusieurs chefs d’Etat africains travaillent actuellement à leur maintien au pouvoir à partir de 2015

Ces chefs d’Etat africains bidouillent la Constitution de leur pays  bien que  cette dernière  le leur interdise. Que ce soit au Burundi, au Burkina Faso, en République du Congo (Congo-Brazzaville), en République démocratique du Congo (RDC) ou au Rwanda, aucun président n’a encore déposé sa candidature pour la prochaine échéance électorale. Pourtant, les signes avant-coureurs ne manquent pas. Après le Cameroun, le Tchad, l’Angola, l’Ouganda et le Sénégal, une nouvelle vague de modifications constitutionnelles, par référendum ou par voie parlementaire, est annoncée sur le continent africain. Les arguments utilisés pour justifier ces mesures sont invariables : le besoin de stabilité, la nécessité de poursuivre une œuvre inachevée et la réponse à une demande populaire.

Le premier de cordée dans la série de scrutins qui débutera l’an prochain est un cas à part. Pasteur et ex-chef rebelle, le Burundais Pierre Nkurunziza n’est pas arrivé à briser le verrou constitutionnel des deux mandats mais l’interprétation des textes lui offre l’espace nécessaire pour concourir à un troisième quinquennat en 2015. Sa première élection en 2005 s’est faite devant les parlementaires et non au suffrage universel comme l’impose la Constitution. Près de dix ans plus tard, le climat politique au Burundi est orageux. L’opposition, la presse et la société civile sont soumises à un harcèlement continu indique le monde.fr.

Au Burkina Faso et en RDC, le débat est descendu dans les rues et tourne autour des chiffres respectifs pour 37  pour le Burkina Faso et 220 pour celle de la RDC, qui limitent respectivement le mandat de président à deux.

Comments are closed.
Matière News
RSS
Follow by Email