fbpx
ban-ki-moon-slovenia-20-july-2012

RD Congo: Ban Ki-moon appelle au dialogue sous l’égide de l’Eglise

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a exhorté mercredi le gouvernement et l’opposition en République démocratique du Congo d’oeuvrer de manière constructive pour parvenir à un accord concernant les élections, négocié sous l’égide de l’Eglise catholique locale.

Selon un communiqué de son porte-parole Stéphane Dujarric, M. Ban a déploré les pertes en vies humaines survenues lors de heurts entre les forces de sécurité et des manifestants.

Dix-neuf personnes ont été tuées lors de rassemblements de protestation à Kinshasa, Lubumbashi et d’autres villes du pays organisés mardi, dernier jour du second mandat du président Joseph Kabila.

Le chef de l’ONU, qui quitte ses fonctions à la fin du mois, “suit de près l’évolution de la situation” et presse toutes les parties “à travailler de manière constructive et de bonne foi sur toutes les questions et enjeux en suspens liés à la période transitoire devant conduire aux élections”.

Les évêques de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) jouent le rôle de médiateurs dans ces discussions. Après l’échec d’un premier round de négociations le week end dernier, ils ont adressé un ultimatum aux participants: parvenir à un accord avant Noël.

Le secrétaire général a appelé “tous les dirigeants politiques congolais à placer l’intérêt supérieur de la nation et du peuple congolais au-dessus des considérations partisanes et personnelles”.

Il les a pressés de “désamorcer les tensions et (de) créer un environnement propice à la réussite du dialogue facilité par la Cenco ainsi qu’à l’organisation, dans les meilleurs délais, d’élections crédibles et transparentes”.

La RDC, l’un des plus grands et des plus riches pays d’Afrique, est agitée depuis que M. Kabila a décidé de se maintenir au pouvoir et de renvoyer sine die l’élection présidentielle qui devait avoir lieu en fin d’année.

Joseph Kabila, 45 ans, est au pouvoir depuis 2001 et la Constitution lui interdit de se représenter après deux mandats de cinq ans. Il a succédé à son père assassiné, Laurent-Désiré Kabila, qui avait renversé en 1997 le dictateur Mobutu Sese Seko.

Ban Ki-moon a également demandé aux forces de sécurité congolaises de “faire preuve de la plus grande retenue dans leurs actes et leurs déclarations”. Plusieurs dizaines de personnes ont été tuées ces derniers mois.

Comments are closed.
Matière News
RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter