fbpx
rtnc

RD Congo : des journalistes pris en otage, la police donne l’assaut

Des journalistes de la Radio-télévision nationale congolaise ont été pris en otage par des hommes armés, lundi à Kinshasa. La police s’est déployée pour déloger. Des tirs ont également retenti à l’aéroport et près d’un camp militaire.

De nombreux coups de feu ont retendu ce lundi 30 décembre à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo. Dans la matinée, une prise d’otages était en cours au siège de la Radio-télévision nationale congolaise. Des journalistes sont retenus par des hommes armés notamment de machettes, selon la police, qui s’est déployée pour les déloger. Ils ont déjà été cernés”, a déclaré à l’AFP le colonel Mwana Mputu, en charge de la communication des forces de l’ordre.

Quelques minutes après, des tirs intenses ont retenti à l’aéroport de Ndjili à Kinshasa, d’après un responsable des douanes cité par Reuters. “Ils ouvrent le feu partout”, a dit le responsable. “Nous nous cachons tous.” Des témoins font par ailleurs état de tirs du côté d’un camp militaire.

Message anti-Kabila

Le signal de la RTNC a été coupé peu après la prise d’otages. Avant la coupure, les images montraient les deux jeunes présentateurs de l’émission en cours, “Le Panier”. Ils étaient assis, effrayés mais calmes, avec derrière eux un jeune homme menaçant et transpirant. Avant l’arrêt des transmissions des chaînes publiques, deux hommes ont eu le temps de prononcer devant les caméras un message apparemment orienté contre le gouvernement du président Joseph Kabila, d’après Reuters.”Gideon Mukungubila est venu vous libérer de l’esclavage des Rwandais”, peut-on lire dans une retransmission du message.

Des tirs d’armes légère ont retenti, sans que l’on puisse savoir dans l’immédiat s’il s’agissait de tirs de la police, des assaillants ou d’échanges entre les deux camps. Plusieurs habitants ont affirmé que ces tirs ont cessé assez rapidement du côté de la RTNC.

Panique dans la ville

Mais entre 09h00 et 09h30 (08h30 GMT), une journaliste a entendu plusieurs tirs d’arme lourde. Un chauffeur de taxi de Kinshasa a pour sa part évoqué “plusieurs tirs d’arme lourde, six à sept tirs”. Selon lui et un autre habitant, ces tirs étaient localisés vers le camp Tshatshi, à une dizaine de kilomètres de la RTNC et du Palais du peuple, siège du gouvernement congolais.

Dans la ville, la panique a saisi les habitants. “Il n’y a pas de circulation, plus de véhicules (…) C’est la panique dans la ville, les gens se demandent ce qui se passe”, a déclaré à l’AFP un jeune homme dans la zone.

“Il y a des policiers, des militaires et des gardes républicains (chargés de la protection du président Joseph Kabila) un peu partout près de la RTNC et du Palais du peuple”, juste à côté de la télévision publique, a-t-il ajouté.

Avec AFP et Reuters

Source:France24.com

Comments are closed.
Matière News
RSS
Follow by Email