fbpx
muyambo-j-c

RDC: la santé l’opposant Jean Claude Muyambo se dégrade de plus en plus en prison

La santé de l’opposant congolais Jean-Claude Muyambo, un des leaders des manifestations meurtrières de fin janvier, se dégrade en prison et il doit être évacué rapidement pour bénéficier de soins appropriés, a déclaré lundi son avocat.

Muyambo est “très malade. Il ne fait que se tordre de douleur avec une (…) fracture des os au niveau du pied gauche, selon le médecin de la prison centrale de Makala”, la plus grande prison de la capitale congolaise, a déclaré à l’AFP Patrick Mutombo, avocat de l’opposant.

Disant toujours rapporter les propos du médecin, il indique que cette fracture est la conséquence de l’arrestation de M. Muyambo le 20 janvier dernier, où il a été “victime de sérieux coups de pieds de la part de celui venu l’arrêter”.

Jeudi, des “douleurs très intenses” ne lui ont pas permis de “terminer sa marche matinale qu’il effectue chaque matin en prison” et il a dû être transporté “jusque dans sa cellule”, indique dans un communiqué le Centre des droits de l’Homme et du droit humanitaire (CDH).

L’avocat de M. Muyambo dit avoir entamé des démarches auprès des “autorités judiciaires” pour que son client soit évacué pour des soins, idéalement à l’étranger, ou alors dans un établissement de son choix à Kinshasa.

Président du parti “Solidarité congolaise pour la démocratie et le développement”, Jean-Claude Muyambo avait rejoint l’opposition en novembre, accusant le président Joseph Kabila de vouloir rester au pouvoir au-delà du terme de son deuxième mandat, fin 2016, alors que la constitution lui interdit de se représenter.

  1. Muyambo a été un des meneurs des manifestations qui s’étaient déroulées du 19 au 22 janvier en RDC, essentiellement à Kinshasa. Ces rassemblements dénonçaient la révision d’un projet de loi électorale qui aurait pu permettre à M. Kabila de se maintenir à son poste après 2016.

Les manifestations avaient rapidement tourné à l’émeute et au pillage, et entre 27 et 42 personnes avaient été tuées, selon les sources. M. Muyambo avait été arrêté le 20 janvier et est poursuivi pour une affaire d’abus de confiance sans lien avec les violences de fin janvier.

Comments are closed.
Matière News
RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter