fbpx
moise-katumbi

RDC : les difficultés financières du Tout Puissant Mazembe

En RDC, le club de foot du Tout Puissant Mazembe est en train de vaciller. Son seul actionnaire Moïse Katumbi est en exil depuis un an en raison de ses problèmes avec les autorités. L’argent ne rentre plus dans les caisses.

Le club de football le plus célèbre d’Afrique, le Tout Puissant Mazembe, cinq fois vainqueur de la Ligue des champions, est dans la tourmente. Depuis le départ en exil en 2016 de son mécène et propriétaire, Moise Katumbi, richissime homme d’affaires et figure de l’opposition congolaise, menacé d’un procès pour atteinte à la sûreté de l’État, l’argent n’arrive plus qu’au compte-gouttes.

Les premiers touchés par ce manque de fonds sont les élèves de l’Académie de football du club congolais. Les classes et les chambres flambant neuves sont prêtes depuis un an pour accueillir les futurs stars du football, mais le nouveau site à  Lubumbashi, dans le sud de la République démocratique du Congo reste désespérément vide. Les contrôles policiers incessants à l’entrée ont poussé les responsables de l’Académie à loger les élèves ailleurs. Les jeunes footballeurs sont également à la diète.

“Chaque mois, je pèse les joueurs. Là, pour la première fois depuis cinq ans, ils ont perdu du poids parce qu’on a été obligé de réduire la nourriture”, déplore le directeur général de l’académie, le Français Régis Laguesse, 67 ans, qui a formé de jeunes espoirs, d’Abidjan jusqu’à Bangkok.

Malgré les soucis financiers, les responsables de l’académie comptent recruter cette année, comme prévu, une quinzaine de jeunes parmi 6 000 jeunes candidats attendus. L’académie ambitionne qu’un élève sur deux intègre une équipe professionnelle, un taux de réussite bien au-dessus de la moyenne des académies européennes.

La chute de Moïse Katumbi

Ancien gouverneur de l’ex-province minière du Katanga et président du TP Mazembe, Moïse Katumbi avait annoncé sa candidature à la présidentielle qui aurait dû avoir lieu en 2016. Mais les élections ont été repoussées et, menacé de procès, l’homme d’affaires a quitté le pays en mai 2016.

Il a depuis été condamné par contumace à une peine de trois ans de prison ferme pour fraude immobilière. Mais il pourrait rentrer au pays très prochainement, a-t-il indiqué lui-même le 16 juin à Paris, en expliquant avoir obtenu “une garantie des Nations Unies”. Le comité des droits de l’Homme de l’ONU a sommé les autorités congolaises de l’autoriser à rentrer et d’assurer sa sécurité.

À son apogée, Moïse Katumbi était réputé être le président de club le plus généreux d’Afrique. Arrivé aux manettes du TP en 1997, il a redoré son blason en recrutant les plus grandes stars du football africain, avec des salaires mensuels atteignant des dizaines de milliers de dollars alors que le salaire moyen pour un joueur de club congolais tourne autour de 100 à 200 dollars par mois en période de compétition.

Source :France24

Comments are closed.
Matière News
RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter