fbpx
RDCongo_Rebellion

RDC: violents combats entre une rébellion et l’armée dans l’est

De violents combats opposent l’armée congolaise et l’une des nombreuses rébellions dans la province du Nord-Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), forçant de nombreux habitants à fuir, a-t-on appris jeudi de sources locales.

Les forces armées de la RDC (FARDC) affrontent les rebelles de l’Alliance des patriotes pour un Congo libre et souverain (APCLS) depuis le week-end dernier dans le territoire de Masisi, à l’ouest de Goma, capitale du Nord-Kivu, où sévissent plusieurs dizaines de groupes armés.

Emmanuel Balume, un habitant de Nyabiondo, a déclaré à l’AFP qu’il avait entendu, des “bombes” tomber dans la nuit de mercredi à jeudi, et que la situation était “vraiment (…) grave”. Il a ajouté que les civils se réfugiaient à la “Monusco”, la Mission de l’ONU.

“Les rebelles ont attaqué la cité cette nuit”, a confirmé à l’AFP un officier de l’armée sur le front. “Nous les avons déjà délogés. Nous sommes en train de les poursuivre jusqu’à leurs derniers retranchements. Il n’y a pas eu de blessé [dans les rangs de l’armée] jusque-là et la situation est sous contrôle”, a-t-il affirmé.

“Les FARDC viennent de repousser l’ennemi de Nyabiondo et la population commence à regagner les domiciles. Nos forces sont à la poursuite de l’ennemi”, a indiqué à l’AFP Sukisa Ndayambaje, l’administrateur adjoint du territoire de Masisi. Il a ajouté que les affrontements avaient coûté la vie d’un enfant.

Alors que des civils rentrent chez eux, d’autres, toujours inquiets, pliaient bagages jeudi pour quitter Nyabiondo et se réfugier à Masisi-centre et à Goma, selon Abraham Wetewabo, le chef de la localité de Nyabiondo.

L’APCLS est un groupe armé commandé par le colonel Janvier Buingo Karairi, déserteur de l’armée. Le groupe armé se fixe pour mission de défendre l’ethnie hunde, majoritaire dans ses rangs, contre d’autres groupes armés, hostiles à cette communauté.

Selon Enough Project, un programme américain dénonçant les crimes contre l’humanité et le génocide, l’APCLS se livrerait à une exploitation illicite de tantale, un minerais utilisé dans la fabrication des téléphones portables.

En février et mars 2013, l’APCLS et l’armée se sont violemment affrontés dans le Masisi. Plusieurs dizaines de personnes avaient été tuées et quelque 100.000 personnes avaient dû fuir leur maison, selon l’ONU.

Comments are closed.
Matière News
RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter