fbpx
13244773_10209430737586737_8388986281028410481_n

RSA : Le G7 et la dynamique de l’opposition de l’Afrique du sud dénoncent l’arrêt de la cour constitutionnelle dans déclaration commune.

Les associations et forces acquises au changement de l’Afrique du sud ont signés une déclaration commune sur le récent arrêt de la cour constitutionnelle et leur solidarité aux victimes des théâtres des massacres de Béni.

En marge de la journée des marches de protestation pacifique organisées jeudi 26 Mai 2016 dernier par l’opposition congolaise sur toute l’étendue du territoire national, ainsi qu’au sein de la Diaspora RD-Congolaise, en signe de protestation contre l’arrêt infâme et nul de plein droit de la Cour Constitutionnelle, mais également en signe de totale solidarité avec les victimes des théâtres répétitifs des territoires de Beni et Lubero dans l’Est de la république démocratique du Congo.

Au-delà de leurs appartenances politique ; les représentants des différents partis politiques de l’opposition congolaise(MSR,UNC,UDM etc..) et autres forces vives acquises au changement de l’Afrique du sud réunis dans la ville de cape town ont dénoncés avec consternation la décision rendue par les Juges de la Cour Constitutionnelle, qu’ils qualifient totalement acquis au régime du Président Kabila, en violation flagrante et délibérée de la Constitution du 18 février 2006, sous prétexte d’un arrêt en interprétation de son Art. 70, article ;et ils ont saisi l’occasion pour interpeller le  gouvernement de rétablir l’autorité de l’Etat sur l’ensemble du territoire national et plus particulièrement dans les territoires de Beni et Lubero ;en plus ces derniers ont condamner le mutisme assourdissant du gouvernement face aux massacres et autres crimes perpétrés dans cette région pendant vingt mois comme un aveu de complicité et un acte de trahison des peuples qu’il est supposé protéger.

le coordonnateur du MSR et G7 Afrique du sud le professeur Emmanuel Kiro Kimathe a terminer son allocution tout en saluant l’initiative des puissances occidentales, notamment les Etats Unis, la Grande Bretagne, la France et la Belgique, visant à imposer des sanctions ciblées contre des caciques du pouvoir à Kinshasa qui se complaisent à bloquer l’élan de tout un peuple vers son développement, à cause de leurs intérêts égoïstes.

Lisez l’intègralité de la déclaration commune ci-dessous:

     Les associations et forces acquises au changement:

               UNC & DYNAMIQUE DE L’OPPOSITION, MSR & G7,    FRONT CITOYEN 2016

DECLARATION DU 26 MAI 2016

Nous, RD-Congolais, représentants des organisations et des partis politiques acquis au changement vivant en République Sud Africaine;

Tous unis et rassemblés, au-delà de nos origines ethniques ou de nos appartenances religieuses – pour la défense de notre patrimoine commun, la Constitution de la République Démocratique du Congo et tous les droits et obligations institutionnelles déterminées par elle;

Ayant suivi avec consternation la décision rendue par les Juges de la Cour Constitutionnelle, totalement acquis au régime du Président Kabila, en violation flagrante et délibérée de la Constitution du 18 février 2006, sous prétexte d’un arrêt en interprétation de son Art. 70, article qui n’est pourtant pas sujet à interprétation du fait qu’il est complété par l’article 73;

Considérant que cette violation délibérée de la Constitution est un élément supplémentaire prouvant que le pouvoir actuel de Kinshasa tient à mettre en péril l’ordre démocratique, chèrement acquis au prix de grands sacrifices consentis par les fils et filles de la République Démocratique du Congo durant des décennies;

Constatant que le Gouvernement a failli à sa mission, celle de gouverner, en ne s’attaquant pas aux problèmes qui se posent au pays, plus particulièrement ceux liés à l’insécurité dans sa partie orientale,

Convaincus que l’alternance politique est un impératif constitutionnel, non négociable,

  • Nous rejetons cet arrêt, non conforme à la Constitution du 18 Février 2006 et donc nul de plein droit, conformément à l’Art. 168 de ladite Constitution. La Cour Constitutionnelle s’est discréditée et totalement disqualifiée par cet arrêt qui ne représente que des intérêts partisans. N’avez-vous pas dit, M le Président Kabila, le 12 juin 2007 à Jeune Afrique, “Le pouvoir use, il faut savoir s’arrêter”, “La Constitution, c’est sacré !” Aujourd’hui, cette « sainte » Constitution vous le rappelle donc : Le Congo n’a pas besoin d’un Président usé par le pouvoir, le temps est venu de partir !
  • Nous en appelons au Gouvernement de rétablir l’autorité de l’Etat sur l’ensemble du territoire national et plus particulièrement dans les territoires de Beni et Lubero. Nous considérons le silence assourdissant du gouvernement face aux massacres et autres crimes perpétrés dans cette région pendant vingt mois comme un aveu de complicité et un acte de trahison des peuples qu’il est supposé protéger. Nous enjoignons au Gouvernement de faire de la restauration de la sécurité une vraie priorité en démasquant et en sanctionnant toutes les connivences internes.
  • Nous dénonçons avec la dernière énergie les atteintes intolérables et répétées à l’expression démocratique et le harcèlement dont font l’objet les opposants politiques, les activistes des droits humains et les journalistes indépendants.
  • Nous exigeons que la CPI – Cour Pénale Internationale – se saisisse du dossier des massacres de Beni en vue d’établir toutes les responsabilités et d’apporter toute la lumière sur les complicités internes et externes.
  • Nous félicitons et encourageons l’initiative des puissances occidentales, notamment les Etats Unis, la Grande Bretagne, la France et la Belgique, visant à imposer des sanctions ciblées contre des caciques du pouvoir à Kinshasa qui se complaisent à bloquer l’élan de tout un peuple vers son développement, à cause de leurs intérêts égoïstes.

Nous soutenons fermement et sans réserve les marches de protestation pacifique organisées ce Jeudi 26 Mai 2016 à Kinshasa, dans toutes les villes  et sur toute l’étendue du territoire national, ainsi qu’au sein de la Diaspora RD-Congolaise, en signe de protestation contre l’arrêt infâme et nul de plein droit de la Cour Constitutionnelle, mais également en signe de totale solidarité avec nos compatriotes meurtris des Territoires de Beni et Lubero.

Cape Town, le 26 Mai 2016 

Signatures

Prof Emmanuel Kiro Kimathe MSR & G7

Dr Justin Munyakazi                UNC/Cape Town

Mr Alain Kabutu                       UDA/Amnisty International

Frederick Yoka                           MSR & G7

Meluzolanga Buensa                 UNC/Cape Town

Me Annie Bayama                     UNC/Cape Town

Jimmy Kindefu                           UNC/Cape Town

Claude Kulondi                           UNC/Cape Town

Espoir Mbende                            UNC/Cape Town

Paul Kalala                                    UDA/Cape Town

Johnston Mutshipayi  Kakota      UNC/Cape Town

 

 

Comments are closed.
Matière News
RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter